La ville de la dernière chance...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rock'quiem à la guitare en tragédie mineure ♫

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Souverain
avatarRace : Démon
Degré :
10 / 1010 / 10


Messages : 32
Habitation : ZR Démoniaque
Date d'inscription : 20/07/2015
MessageSujet: Rock'quiem à la guitare en tragédie mineure ♫   Mar 1 Sep - 19:29



   

La vie n’est autre qu’une phénoménale symphonie

Bonjour ! Je me présente, je suis Luke Valentin Mellus mais tu peux m'appeler Luky-chan ou mon roi. J'ai Cent-trente-six ans ( Mais quinze ans en apparence) et je suis du Tartare ☆. Actuellement, je suis En couple, très épanoui, mais très souvent infidèle ♥ et il se trouve que je suis bisexuel. Si tu t'approches, je te révélerais que je suis le roi des démons ♫, en effet, j'ai tendance à pencher vers le mal absolu. Pour finir, si tu veux savoir pourquoi je me retrouve à Damned Town, c'est simple. À vrai dire, je suis ici car j'ai moi même découvert la ville.

Citation 2

Règle n°1 : Il existe réellement ♫

Lunatisme extrême ? Bipolarité surdéveloppée ? Schizophrénie spectaculaire ?


Il existe tant de mots qui pourraient caractériser ma différence, ce qui me rend si particulier, si spécial…
Mais j’en suis certain, ce n’est pas dans ma tête, ni une simple maladie ! Je sais qu’il existe au fond de moi, qu’il a le pouvoir de prendre le contrôle absolu de mon corps, de faire de moi sa marionnette.
J’en suis intimement persuadé.

Règle n°2 : Je suis le seul maître des Enfers ♫

J’aime décider, contrôler, dominer.

Ma soif de pouvoir me pousse à commettre les pires crimes pour conquérir les hautes-sphères. Je n’accepte jamais les ordres des autres : j’ai toujours raison.
Et que prenne garde à celui qui osera me contredire !
Mon ambition semble infinie. Réussir des missions, gravir les échelons, cela nourrit en moi une excitation frénétique.
La simple idée de la défaite enrage mon être.

Règle n°3 : Chaque démon me voue un culte et une obéissance totale ♫

Aucune patience, ni pitié, aucune clémence, ni pardon ; j’ai instaurée des règles, elles doivent être respectées.

Je suis impitoyable et hais les réfractaires. Ne pas respecter mes lois, c’est me manquer de respect !
De même, mes jugements sont toujours justes mais incontestables.
Aux échecs, je suis imbattable.
Je suis un fin stratège et un terrible adversaire. Je calcule mes coups à l’avance, les probabilités sont ma spécialité.  Je ne me trompe jamais. Je tire les ficelles dans l’ombre sans jamais me faire démasquer.
La diplomatie ne me fait pas défaut.
Je maîtrise la rhétorique à la perfection. Je peux retourner les débats à mon avantage en un claquement de doigt. Lors d’intenses joutes verbales, j’écrase mes interlocuteurs dans les larmes ou les ridiculise publiquement.

Règle n°4 : L’existence même des anges n’est qu’une méprisable erreur de la nature ♫

La Lumière et tout ce qui s’y rapporte ne sont pour moi que source de rage. Je ne supporte pas les anges et considère les démons déchus comme des traîtres.
Abra est ma rivale depuis l’enfance et je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour l’empêcher de préserver le Paradis.
Je prends plaisir à corrompre et pervertir les humains innocents ou les anges faibles d’esprits.

Règle n°5 : Les Ténèbres sont un lieu de débauche et de jouissance ♫

Pour moi, la vie est jeu où je gagne continuellement.

J’apprécie les plaisir simples de la vie. Je fais ce que je veux, sans rendre de comptes à personne. Je jouis d’une liberté sans limite.

J’exprime mes sentiments de manière très démonstrative.

Embrasser ou câliner mes amis, tout comme anéantir mes ennemis, sont mes passe temps favoris.
Je vis au présent et profite de chaque instant que la vie m’offre, de chacun des moments.
Le passé ne m’intéresse guère, je ne préfère pas m’en souvenir.
Le concept du futur n’est qu’une absurdité : demain est un autre jour qui ne demande qu’à être vécu.

J’aime rire, jouer des farces, raconter des blagues.

Je ne cesse jamais de le faire. J’attise l’ambiance dans les conversations. Faire le pitre est ma seconde nature. Je suis capable de faire rire n’importe qui. Je maîtrise tous les styles d’humour : du plus absurde ou plus obscène…

J’incarne la luxure.

Impossible de contrôler mes pulsions, ni même de me retenir. Les désirs charnels sont pour moi d’une importance capitale. Je dégage une aura particulière, qui attire en masse des prétendants à une nuit torride. Et souvent, j’ai du mal à refuser.
Je suis plus productif au lit : j’y prends la plupart de mes décisions…

Règle n°6 : Il est formellement interdit de m’interrompre lorsque je joue de la guitare électrique ♫

Mon adresse à la guitare est légendaire.

La musique m’est vitale, je ne peux pas m’en passer.
Il m’arrive souvent de m’enfermer pendant des heures dans une salle spécialement construite pour moi : une salle de concert. Je monte sur la scène, allume les projecteurs et fais vibrer les cordes de mon instrument. Je crée des rythmes endiablés, et enflamme le palais. Quand je joue, tout le monde est rapidement au courant…

La musique m’aide à me concentrer, à oublier mes soucis et à me détendre.

Souvent, j’organise des concerts ouvert à tous les démons. A chaque fois, ils se terminent à guichet fermé.

Règle n°7 : Benjamin est à moi ! Quiconque le désire est voué à la damnation éternelle ♫

Benjamin est ma raison de vivre. Je l’aime à la folie depuis ma plus tendre enfance.

C’est la seule personne dont l’avis m’importe. Quand il parle, je l’écoute, sans jamais le couper. Il me conseille dans mes choix et me guide.

C’est mon intime confident. Je passe des heures à lui parler, et à déballer mes malheurs. En toutes circonstances, il me sourit grandement et la chaleur de ses mains entourant les miennes suffit à m’apaiser.

Je suis aussi extrêmement jaloux : si quelqu’un convoite mon Benjamin, il n’a aucune chance de passer la nuit.

Règle n°8 : Les démons forment une grande famille au sein de laquelle règne la solidarité ♫

J’ai beau être tyrannique, je n’en reste pas moins bienveillant.

J’aime voir les démons naitre, grandir et s’épanouir.
J’adore également m’occuper des enfants et mon succès auprès d’eux est impressionnant. Le sourire innocent d’un petit bout d’chou me fait fondre en un instant.

Règle n°9 : Si tu as des sucettes, donnes-en moi une immédiatement ♫

Je raffole des sucreries, et surtout d’une chose en particulier : les sucettes.

Je ne me sépare jamais d’un paquet de sucette. J’en consomme jusqu’à deux paquet par jour, sans pour autant prendre un seul gramme, à rendre jaloux les autres garçons. Pendant mes temps libres, je me gave de toute sorte de bonbons…

Règle n°10 : S’il me contrôle, fuyez sur le champ ♫

La créature qui se cache au fond de moi est une véritable abomination sanguinaire.

S’il prend le dessus sur moi et parvient à se libérer, il est capable de faire bien plus que du mal.
Il glorifie le sang et la mort. Il répand les cauchemars et la terreur. Il est capable de rendre fou ceux qui m’entourent.

Tout objet, quel qu’il soit, entre ses mains devient une arme mortelle.

Il assassine sans raison. Il aime voir le sang de ses victimes ruisseler le long de leurs blessures béantes et de leurs corps mutilés. Il adore enrouler ses mains autour du cou d’anges incapables de se défendre.

Il est terrifiant, même moi je le redoute.
Seul Benjamin parvient à l’arrêter.

Il porte un nom : Néos

Mais si on laisse faire ce monstre, il décimera la population céleste et détruira le paradis…

TAILLE : Un mètre soixante-huit
POIDS : Quarante-deux kilos

CHEVEUX : Blond-Or

YEUX : Verrons : un œil bicolore rouge et turquoise et un œil violet

APPARENCE : Impossible de passer inaperçu !

Lorsque je vais quelque part, tous les regards se retournent sur moi.

Une frimousse angélique et innocent, un corps frêle et fragile, des cheveux d’or resplendissants et quelques mèches rebelles retombant sur mon visage : je ressemble à un jeune adolescent adorable.
Mais mon sourire aguicheur, même tentateur, mon regard séducteur, mes lèvres pulpeuses et mes courbes sensuelles, hypnotisent celui ou celle qui posera son regard sur moi.  

Il est impossible de résister à mes charmes. Ceux qui malgré tous y parviennent, deviennent mes proies : j’essaie par tous les moyens de les séduire…

APPARENCE DIVINE :

Quelques notes qui résonnent par delà mon esprit,
Des coups de médiator qui s’enchaînent rapidement,
Un rythme effréné qui vrille les tympans,
Et mon esprit bascule dans la folie…

Mon œil mauve scintille et la puissance de mes ancêtres se libère.

Ma vois s’aggrave, mes dents s’aiguisent, mes muscles se développent et ma peau devient pâle comme la neige.

Deux cornes rouges et noires apparaissent sur ma tête et des ailes cendrées se déploient dans mon dos. Sur mon corps se dessinent des cercles hémoglobine, tandis que je m’agrandis.
Je me munis d’une gigantesque faux, dont la lame gravée d’inscriptions antiques ruisselle encore du sang de précédentes victimes.
Enfin, une longue cape de ténèbres se dépose sur mes épaules, s’ouvrant sur mes abdominaux…

AUTRES : Lors d’une première rencontre avec moi, tu seras certainement troublé par mes yeux verrons.

Ma pupille gauche est colorée d’un mauve améthyste brillant - caractéristique transmise de génération en génération depuis des temps immémoriaux - et ma pupille droite est bicolore rouge sang et turquoise.  

Mes ailes majestueuses apparaissent cendrées et rouges.
Elles s’élèvent hauts dans le ciel et retombent juste au-dessus du sol. Les plumes qui les composent sont douces comme de la soie et légères comme le vent.

Un seul battement de mes ailes invoque une bourrasque dévastatrice.

L'obscurité est en perpétuelle extension


Un jour en Enfers naissait un petit garçon.

Il était si faible et si fragile que ses parents, un grand homme politique et une militaire haute-gradée, en avaient honte.
Il ne pouvait jamais quitter sa chambre, il n’en avait pas le droit.
Ce garçon ne rêvait que d’une seule chose : ouvrir la fenêtre et s’enfuir.

Ses parents le nourrissait à peine, ne lui témoignait pas une once d’affection ni d’amour.
Il vivait dans une pièce jamais nettoyée, avec des meubles vides en très mauvais état.
Il n’avait le droit de rien faire : ni de jouer, ni de lire, ni de parler, ni de sortir.

Souvent, ses parents lui infligeaient sans raisons de violentes sévices : coups de poing, coup de pieds, gifles, griffure, brûlures, fessées, humiliations, même attouchements…

Ce petit garçon n’avait jamais connu la joie, ni l’amour de ses parents. Il avait grandi dans la solitude et le désespoir

Le rêve était son seul remède, pour résister à ces souffrances continuelles.

Un jour enfin, alors qu’il avait six ans, et toujours aucun ami, il élabora un stratagème pour s’enfuir. Il attendit la nuit et profita de la décrépitude de son lit, pour en arracher un pied. Il s’en servit pour casser la fenêtre, pas vraiment très résistante. Il sauta par-dessus le rebord, et atterri de l’autre côté.

Pour la première fois, il sentit l’air pur. Il inspira et le parfum de la flore lui envahit les narines, gonfla ses poumons. Il se posa un instant et cueillit une fleur mauve, tout juste ornées de ses pétales. Il humecta sa fragrance délicate. Puis il se mit à courir.

Il traversa le champ rapidement et s’arrêta devant la première maison qu’il découvrit.
Il tourna la poignet : elle ne lui opposa aucune résistance. Il se faufila à l’intérieur et bifurqua dans une pièce,  au fond du couloir.
Là, un autre jeune garçon dormait paisiblement.
Il s’approcha de son visage, encore bercé par les sables de la nuit. Il tenta de le réveiller doucement.

Le jeune garçon sursauta en l’apercevant et s’éloigna rapidement. Puis il lui demanda :

« T’es qui toi ? Pourquoi tu me réveille dans la nuit ?

- Je m’appelle Luke, et je me suis enfui de chez moi…

- Ah bon ? Mais pourquoi faire ça ?

- J’étouffais à l’intérieur. »

Après quelques minutes, le jeune garçon reprit la conversation :

«  Maintenant j’arriverai plus à dormir… il réfléchit  puis déclara, je sais !
Si on jouait au hanafuda ?

- Au ha…na..fu…quoi ? bafouilla Luke

- Au ha-na-fu-da, répéta le petit garçon, tu verras c’est sympa, je peux t’apprendre si tu veux !

- D’accord, je veux bien, marmonna Luke

- Super ! Au fait, moi c’est Benjamin »

Durant une bonne partie de la nuit, ils jouèrent ensemble.
Ils rirent, s’amusèrent et se chamaillèrent des heures.
Pour le petit Luke, ce fut la première fois, qu’enfin, la joie l’habitait.

Il ne ressentait plus le terrible poids de la tristesse et de la solitude et pour rien au monde, il n’aurait voulu que se termine leur partie.

Soudain la lumière de la chambre s’alluma. Les parents du petit Benjamin déboulèrent en sursaut dans la chambre et l’attrapèrent dans leurs bras. Leurs membres lacérés tremblaient, tétanisés par la peur.  

Puis le père et la mère de Luke apparurent, visiblement très en colère.

Ils l’avaient retrouvé et désormais, le petit démon savait qu’ils lui feraient regretter sa fuite.
Sans un mot, ils l’empoignèrent et le soulevèrent, avant de l’emporter de force jusqu’à la maison. Luke eut beau se débattre, il ne faisait pas le poids face à eux.

Ses parents l’emmenèrent jusque dans la cave. Ils le jetèrent au sol, comme un misérable animal et scellèrent la porte avec une clé en fer.
Ils s’approchèrent du pauvre petit démon et leur perversion se déchaina.

Les coups fusèrent de partout, ils ne lui laissèrent aucun moment de répit.
Luke hurlait de douleur et pleurait indéfiniment
.
« Arrêtez s’il vous plait ! »

Mais ce châtiment ne suffisait point, il fallait plus, pire encore pour assouvir leur soif de violence.

Alors sa mère attrapa un bâton de bois et son père, un petit couteau. Les coups devinrent entailles et hématomes.

Luke saignait abondamment et sentait ses forces s’épuiser doucement.
Il n’avait donc pas le droit au bonheur ? Le destin s’acharnait sur lui, l’écrasait, le détruisait. Mêmes les forces de la nature paraissaient contre sa joie.

Les attaques de ses parents s’intensifiaient et Luke ne pleurait plus.
Il sentait la fin s’approcher de lui.
Il sentait la mort entourer de ses bras de velours glacé son corps bientôt inerte.
Il mourrait, et tous ses problèmes disparaîtraient avec lui.
En son fort intérieur, il trouva la mort tellement réconfortante.

Pourtant, une petite flamme se dandinait encore au fond de son être : Je ne pourrais plus jamais jouer avec Benjamin ?
Et l'adrénaline s'injecta dans ses veines.

Non, il ne pouvait pas mourir.
NON IL NE DEVAIT PAS MOURIR !

Une onde de choc surpuissante traversa son corps.
Son pouls s’accéléra, sa tête le martyrisa, ses pupilles se dilatèrent, ses membres tremblèrent.

Ce n’était plus son sang qui coulait dans ses veines, mais le sien.

Ce n’était plus ses idées qui s’agitaient et s’entrechoquaient dans sa tête, c'étaient les sienne.
Ce n’étaient plus ses hurlements, ses actes, c'étaient les sien.

Ce n'était plus lui, mais QUELQU'UN D'AUTRE.

Il se sentit tomber, comme dans un gouffre infini.

Que lui arrivait-il ?

Ses douleurs se vaporisèrent, son corps l’abandonna, mais sa conscience subsista.
Il voyait toujours ses parents persévérants à le réduire en miettes.
Il tenta de lever son bras, mais impossible.

Il n’était plus le maître de son corps et assista, impuissant,  au réveil de l’abomination qui l’habitait.

Ses larmes et ses cris s’arrêtèrent brusquement. La douleur s’évaporait.
Il cessa de geindre et empoigna subitement les objets de tortures des se parents. Il les désarma et les poussa violemment.

Il se jeta sur son père et le taillada sans relâche. Puis il le décapita d’un seul coup.
Ensuite, il fonça sur sa mère, encore étourdie et lui arracha le cœur. Il sentit les battements de son cœur faire vibrer sa main. Il serra sa main avec force et l’organe explosa.

Le sang se répandait sur le sol, éclairant la pièce d’une lueur écarlate.
Le corps de Luke en était entaché.
Il tomba à genoux puis émit un rire terrifiant.

Enfin, sa colère et sa haine retombèrent, sa folie s’apaisa.
Son esprit se réorganisa et il reprit doucement le contrôle de lui-même. Il contempla avec effroi le cadavre de ses parents. Il lâcha l’arme de ces crimes et sa respiration devint difficile.
L’épouvante comprimait ses poumons et compressait son crâne.

Il avait tué ses parents.

Un mince filet de lumière vint illuminer la cave étrangement obscure.
La porte s’ouvrait et quelqu’un pénétrait en ces lieux.

Benjamin apparut sur les marches :

« Luke, t’es là ? »

N’entendant aucune réponse, il descendit prudemment.

« Luke ! »

Il se précipita vers lui et l’aida à se relever.

« Qu’est ce qui c’est passé ? »

Mais Luke ne prononça pas un mot.
Il haletait, les yeux brillant d’une lueur mêlée de rage et de terreur, fixant les corps inanimés de ses parents.

« Je n’ai jamais eu de parents… »

Benjamin souleva le petit démon et le pris dans ses bras. Malgré son jeune âge, il parvint à le soulever et à remonter à l’étage.

Il rentra chez lui, et lorsque sa mère l’aperçut, taché de sang, elle comprit immédiatement.  
Elle abrita les deux enfants, changea leurs vêtements et les installa dans un lit chaud.

A l’aube, elle ordonna aux deux enfants de partir à jamais, sous peine d’être éliminés par quelques démons désireux de s’accaparer leur pouvoir.

Ainsi, Luke et Benjamin grandirent ensembles, à l’écart des autres.
Ils vécurent cachés, le temps que les esprits s’apaisent, et que Luke apprenne à contrôler sa « particularité ».  

Leur amitié s’intensifia de jours en jours.

D’amitié exceptionnelle, elle devint amour passionnel.

Ils échangèrent leur premier baiser, leur premiers rendez-vous romantiques, leurs premières étreintes, leurs premières caresses et leur première fois.

Âge: Seize ans
Sexe: Masculin
Découverte du forum: J'en suis le fondateur XD
Note:10/10 évidemment

Suggestions : j'aimerais que Leto m'offre des cookies x)
Mot de la fin :Mot de la fin: Si tu veux faire des chocapiks, je suis là ♥
Code: Bah il n'y en a encore pas :S

   

----------------------------------------

Invité tu as intérêt à m'obéir ♥
J'attends mon Benjy, mon fidèle second et tendre amoureux depuis toujours ♥

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Rock'quiem à la guitare en tragédie mineure ♫
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jimmy Jaccobs Vs The Rock
» BLINK-182[Groupe de Musique Punk Rock]
» Rock My World
» Guitare Snaker THE Guitare Master !
» Hogan critique The Rock! Star Jersey Shore dans le ring ++

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Damnedtown :: Personnage :: Présentations-