La ville de la dernière chance...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Codage Shun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Souverain
avatarRace : Démon
Degré :
10 / 1010 / 10


Messages : 32
Habitation : ZR Démoniaque
Date d'inscription : 20/07/2015
MessageSujet: Codage Shun   Sam 24 Sep - 23:04

Feel the earth... And stay with nurse
This is the end
Hold your breath and count to ten
Feel the earth move and then
Hear my heart burst again
Néant. Un noir absolu, plus opaque encore qu’un épais rideau de ténèbres. Le silence, l’effroyable regard du rien, qui scrute sans broncher le corps de ceux qui sont inconscient. Pas un sens en éveil, pas un sentiment pour faire vibrer le cœur. Le vide complet, dont seul l’expérience permet d’en comprendre l’incroyable puissance.

Puis un son, un mot, des bribes de voix. Quelque chose qui pique au niveau de la main. Des grésillements dans les oreilles. Des fourmis dans les jambes. Des tonalités qui s’affirment, des mélodies qui se dégagent. Et enfin, une faible lumière, des paupières qui s’allègent et se soulèvent lentement. Une sensation de douleur intenable à la tête, au bras et aux jambes. Sentir mon cœur battre, cette sensation me rassura immédiatement.  La peur revint avec l’éveil, tout comme la peine. En tournant la tête, je n’aperçus qu’un rideau blanc, me séparant de l’autre partie de la pièce. Mais mes yeux ne désiraient que de se refermer. J’avais sommeil, le désir ardent de m’endormir sans attendre, et de ne me réveiller que lorsque mes forces à nouveau seraient en ma possession.  Personne ne peut luter contre Morphée et ses armes irrésistibles. La tentation fut trop forte, je m’endormis.

Le second fut réveil se fit en plus grande douceur. Même si je me sentais toujours aussi faible. Ajoutant à cela cette nausée qui me brulait la gorge, et cet esprit qui semblait se contorsionner dans ma tête. Je parvins à rouvrir mes prunelles, la lumière était forte, mais je distinguai sur l’autre versant une fenêtre munie de rideaux blancs, et un établi où se situaient des tonnes de boites de médicaments et… trop tard, mes paupières s’abaissèrent d’une traite. Ma mémoire se réveilla, m’offrant par flashback les évènements de ces dernières heures… ou jours ?

La gare, la dame à la poussette, les rails, le paquet de chips, le jeune homme, le train, la voix féminine dans les haut-parleurs,  le billet…
Non, le paquet de chips, le billet, la gare, la voix féminine dans les haut-parleurs, le jeune homme, la dame à la poussette, les rails, le train…
Ou alors, le billet, la gare, le jeune homme, le paquet de chips, la voix féminine dans les haut-parleurs, le train, les rails… le sommeil.

« Le train numéro 17893, en provenance de Chigasaki et à destination de Matsudo va entrer en gare. Merci de libérer le bord de la voie ferrée et de s’écarter derrière la ligne blanche ! »

Réveil en sursaut, le corps transpirant de sueur. Le cœur affolé, comme après un cauchemar. Mais celui-ci semblait bien réel. Je me relevai dans mon lit, et la douleur fut si forte que mon corps s’allongea de lui-même à nouveau. Tentative vaine donc. Les draps n’étaient pas doux, et le coussin trop dur. Où étais-je ? Pourquoi y étais-je ? Pourquoi avais-je si mal ? Quelle mascarade, quel cauchemar oui ! Je ne désirais que sortir de ce lieu pour retourner me reposer dans le lit, au dortoir.

Un nom apparut dans ma mémoire. « Dan ». Qui était cet homme ? Le jeune homme de mes souvenirs ? Pourquoi mon esprit était il si embrumé et opaque ? Trop de questions, pas assez de réponse, et ce sommeil qui me guettait toujours du bout de ses lèvres. Un baiser, je m’endormis. J’alternais entre éveil et sommeil, sans pour autant comprendre plus ce qu’il m’arrivait. Sans mettre d’explications sur cette situation étrange qui était la mienne actuellement. Soudain, alors que je réouvrai les yeux pour la énième fois depuis toute à l’heure, des voix me parvinrent, d’abord troublée, depuis derrière le rideau.

♦ me voir…

Quelqu’un était-il à côté ? Peut-être parviendrais-je à lui parler. Je voulus parler, mais ma voix fut aussi silencieuse que le vent. Aucun son ne s’échappa de mes lèvres, et la fatigue à nouveau me fit sombrer dans le royaume des rêves.
© 2981 12289 0

----------------------------------------

Invité tu as intérêt à m'obéir ♥️
J'attends mon Benjy, mon fidèle second et tendre amoureux depuis toujours ♥️

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarRace : Humain
Degré :
5 / 105 / 10


Messages : 25
Habitation : Quartiers
Date d'inscription : 19/03/2017
Age : 18
Localisation : Damned Town
MessageSujet: Codage Ismaël    Dim 30 Avr - 18:47



Elsa
Ismaël
Like white smoke
« I would like a big glass of violet syrup. If possible, I would like some ice cubes too. With this warmth, a little bit of coolness is always pleasant. Thanks ! »

Le soleil se couche sur la cité. Le ciel arbore une couleur rose pâle, magnifique.
Je déambule, posant pied après pied. Je marche lentement, suivant la crique.
J'inspire. La brise marine envahit mes narines. Sel et humus, un doux fumet!
Mes cheveux aurore s'emballent. Attention, je manquerais presque de trébucher.

Je descend sur la plage, sur le sable chaud, plantes nus.
Gilet gris défais, chevelure décoiffée. Mes yeux se perdent à l'horizon.
Je voyage depuis des heures, sans but ni destination.
Que fais-je ici, au beau milieu de cette ville inconnue?

J'ai la tête pleine de souvenirs; les joues rougies par le nordet.
Face à ce paysage irréel, décor de conte de fées, je pense.  
Peu importe si je suis perdu, peu importe si je ne sais où aller,
La journée disparait tandis qu'apparaissent des lieux où s'abriter.

Sautillant de marche en marche, je remonte, chaussures à la main.
Sur le pavé, je dessine innocemment des arabesques avec mes pas.
Je me pique contre les mauvaises herbes. Pas très malin.
Et j'avance, vers une enseigne colorée en bois.

Entrée au restaurant remarquée: les clients se retournent vers moi.
Je glisse sur le parquet de l’entrebâillement au comptoir, indique ma consommation.
Verre obtenu à la main, je file à la fenêtre. M’assoie sur un banc acacia.

Pas un bruit dans le café, pas même le rire d'un client. Je préfère regarder ici.
Dehors la houle continue de s'agiter. Tête contre la vitre, je me perd en contemplation.
Je sirote un peu. Délicieux ! Dehors la désescalade de l'étoile n’est pas encore finie.
© YOU_COMPLETTE_MESS

----------------------------------------


« Si le papillon s'est brûlé à la lumière, la lumière a connu les ailes du papillon et les a aimées. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Codage Shun
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Shun
» Petit codage pour signature
» Codage pour le RP
» [Codage] Fiche de liens et Rp - Matt MacAlister [Terminé - Louna Blake ]
» LIBRE SERVICE — codage uniquement

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Damnedtown :: Flood :: Taverne-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet