Rain falls from the clouds, Lightning from the stars
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Le bureau du Dragon :: Aventures
avatar
Lost Child
Lost Child
Voir le profil de l'utilisateur
Race : Humain
Degré :
5 / 105 / 10


Messages : 112
Habitation : Quartiers
Date d'inscription : 19/03/2017
Age : 19
Localisation : Damned Town
MessageSujet: Rain falls from the clouds, Lightning from the stars Ven 17 Aoû - 11:32



   
Feat Alec Hamilton, Alizée Bluechele & Keithan S. Karahara

Rain falls from the clouds,

Lightning from the stars



Le petit manège débile se profilant sous tes yeux commencent à te taper sur les nerfs. Tu perds ton temps, à déblatérer avec des individus incapables de grandir, piégés dans leur vision du monde puérile et insignifiante. Tu gâches des précieuses minutes à préparer tes troupes, à user de tes fonds pour l’armement et les renseignements. Depuis plus d’une heure, tu as au moins gaspillé assez de petites coupures pour construire un deuxième palais. Et à Damned Town, le temps qui passe est une ressource précieuse et inestimable. Tu ne peux pas te permettre de larver, de laisser l’autre idiote gagner du terrain. Hormis toi, personne ne semble comprendre. Au final, c’est toujours le même constat indubitable. Les démons ne pensent qu’à leurs petites affaires, et refusent de s’élever au-delà de leurs simples petites fesses blanchies. Quelle bandes d’égoïstes. Des claques se perdent, autant pour les enfants que pour les parents incapables de les élever. C’est si compliqué une minute d’arrêter de regarder son nombril, d’ouvrir ses oreilles et de fracasser la vérité en face ? Tous des lâches, des couards sans intérêt. Tu as l’impression de jouer au père dépassé devant s’expliquer devant des hystériques de quatre ans voulant jouer au chef.

Toi tu ne joues pas, tu ne joues plus. Terminé les conneries les enfants. La méthode douce et constructive ne fonctionne pas, ne reste que la deuxième option. S’ils continuent à te défier de la sorte, tu les feras sortir du palais à coup de pieds au derrière. Tout ce qu’ils méritent. Et qu’ils ne s’avisent pas de revenir, même en rampant tels des vers solitaires issus d’un morceau de porc dépassé.

Et l’inverse ? Combien d’anges tués ?


Tu soupires à nouveau. Des chiffres, encore des chiffres, comme s’il suffisait de chiffres pour expliquer le monde. Tu n’es pas comme les humains et leurs foutus statistiques, soit-disant utiles pour comprendre le monde. La vie, tu l’apprends sur le terrain, en te confrontant avec la réalité, pas devant des feuilles de calculs. Qu’est-ce qu’il veut tirer de ces chiffres au final, hormis la stupide satisfaction de comparer au nombre de démons. Quoi, il va compter en plus le blondinet, puis te faire un petit ration derrière. Non, pas de ce genre de chose, pas de statistiques chez toi. Cette liste n’est pas là pour décoration. C’est une missive, une missive de vengeance. Rien de moins, rien de plus.

Pas suffisamment. Il en reste qui pullulent là-haut.


Tes yeux se détachent de la crise existentielle du démon, qui enlève enfin ses sales pieds de ton bureau, et laisse ta chaise de travail tranquille. Il était temps qu’il bouge, avant que tu ne le transformes en charpie pour les chiens de tes généraux. Tu essaies de t’approcher de lui, te disant qu’il n’est peut-être pas encore trop tard pour gérer son insolence, quand la présence de l’autre catin se rappelle à ta mémoire. Tu ne pourras rien obtenir de lui, tant qu’elle sera en position debout et intacte au sein du palais. Tu abandonnes avec Alec, pour le moment. Il ne restera pas, et l’entretien touche à sa fin. Si ce n’est pas eux qui s’en vont, tu les feras partir. Oui, tu te répètes, cela montre bien que tu les veux dehors. Tu recentres ton attention sur la demoiselle, visiblement déterminée à continuer de pourrir ta journée.

Les anges tuent les démons pour le plaisir tu dis...Et les démons tuent les anges pour survivre...Alors toi qui semble tout savoir, explique moi ce que les démons pouvaient bien reprocher à Cassie. Explique moi pourquoi les démons tuent les démons. Les démons ne sont pas les pauvres victimes que tu présentent. Nous tuons pour nous même et nous tuons qui nous voulons.


Tu avais raison. Une gamine, en proie à des réponses pour terminer un deuil difficile à admettre. Quel rôle as-tu à jouer la dedans ? T’excuser pour sa famille, certainement pas. Tu n’es pas responsable de l’agissement des démons hors de tes loyaux sujets. Tu es le souverain des démons, mais ne peut pas passer ta vie à surveiller chaque individu qui pose un pied en Enfers. Du moins pas pour le moment, pas tant que d’autres princes et rois souillent tes terres natales. Des justifications, ce n’est pas à toi de lui donner. Parce que tu n’as pas de réponses, parce que cette histoire te fait ni chaud ni froid. Si elle savait. Tu sais comment sont tes camarades, tu sais pourquoi ils tuent, pourquoi ils meurent, pourquoi ils boivent, pourquoi ils baisent. Tu sais, sauf que tu ne peux pas le déterminer à leur place. Tu n’es pas un Dieu, et tu ne t’es jamais présenté comme tel. Venir chercher des réponses en pleurant dans les jupons de son père, voilà une attitude digne d’une prétendante au trône venant de tenter un coup d’état. Tu es quoi au juste Alizée, une fillette de huit ans ? Oui, c’est ce que tu es. Tu n’as jamais grandi, tu restes bloquée sur le passé. Attitude qui ne fera que te pousser dans le vide. Elle ne vaut plus rien à tes yeux. Tu ne pourras jamais rien en tirer. Finir en Alizée beauceronne, en blanquette ou en riettes, telle est sa destinée. Assez dérisoire pour une démone de sa trempe, au vu de son passif. Tant qu’elle n’avancera pas, et ne grandira pas, elle sera perdue.

Tu prends tout de même la peine de lui répondre. Un jour tes paroles feront sens à ses yeux, et en s’éveillant et elle se souviendra de toi. Si elle ne passe pas par la fenêtre avant l’heure. En attendant, venir te demander des comptes, c’est un peu comme reconnaître ton autorité. Décidément, elle ne fait rien dans l’ordre cette petite.

C’est notre liberté. Tuer sans distinction les anges qui nous font face, ou les démons qui nous poignardent le dos. Tu veux devenir reine, tu veux diriger, mais tu viens me demander des comptes pour ton passé ? Tu me demandes de prendre mes responsabilités alors que tu n’es visiblement pas capable de comprendre les tiennes ? Tu as déjà tué des démons Alizée. Appelle cela comme tu veux, mais pour moi c’est de l’hypocrisie.


Tu n’auras aucune pitié. Un démon ne reproche pas aux autres ce qu’il commet lui même. Elle ne peut pas, la pirate de piscine à boules, critiquer les siens, si elle ne se montre pas d’une exemplarité totale. Ce serait se voiler la face, et nier la réalité. Exactement ce qu’il est en train de se produire. Si ton cœur n’étais pas gelé, tu trouverais la situation cocasse. Or tu en as juste assez. Ta dernière réplique était portée d’une équanimité glaciale, et d’une voix diaboliquement calme. Le renard ne doit pas venir conter morale au loup, il ne vaut pas mieux que lui. Désolé Alizée, mais le temps des enfantillages est révolu.

© codage by Serfy


----------------------------------------

Crédit pour l'image de base de l'avatar : © SnowyOwl119
 


이 모든 게 다 꿈인 것 같아

« Si le papillon s'est brûlé à la lumière, la lumière a connu les ailes du papillon et les a aimées. »
Revenir en haut Aller en bas
Rain falls from the clouds, Lightning from the stars
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» even the rain falls for you, swan
» It's time to die. No, I'm not crying, rain falls right on my face. What do you mean it does not rain? [PV Lait]
» Fiche de Rain Maniko
» new dg lightning
» | When Darkness Falls

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Choose your soul  :: Le bureau du Dragon :: Aventures-
Sauter vers: